Dôme

Patrimoine Mondial (5) Berlin

Dôme de la Cathedrale, qui integre la zone tampon du site

Dôme de la Cathedrale, qui integre la zone tampon du site

L’Ile des Musées de Berlin est inscrite a la liste du Patrimoine Mondial en 1999. L’inscription est motivée par la valeur de l’ensemble des musées, qui illustrent l’évolution du musée moderne tout au long de plus d’un siècle, et par le caractère de phénomène social du musée d’art, qui provient de l’illustration et a été récupéré par le public en général après la révolution française ; l’Ile des Musées est considérée l’exemple le plus abouti de ce concept, dans un emplacement urbain symbolique et central.

Les cinq musées qui composent l’ensemble protégé sont traitées par le Plan de Gestion du site, dirigé par l’architecte britannique David Chipperfield, comme une unité, mais cherchant a maintenir l’Independence architecturale de chacun. La prévision est de passer de 1,5 millions de visiteurs annuels a 3 millions a moyen terme.

Le Plan définit une promenade archéologique pour relier les collections des musées Bode, de Pergame, Neues et Altes au niveau 0. Une suite de salles et cours feront de la promenade archéologique un axe interdisciplinaire par l’architecture monumentale du monde ancien. Des colonnades préexistantes sont reconstruites, et la James Simon-Galerie, un bâtiment nouveau au langage contemporain, est prévue.

Le travail sur une ile (même avec des ramifications sur les berges voisines) sans des transformations importantes d’usage réduit les conflits, mais j’imagine que le projet de la James Simon- Galerie a eu une certaine polémique. En 2011 j’ai visité la zone, et les chantiers étaient en cours.

Berlin-delimitacion2

Site UNESCO et zone tampon

Museuminseln-1

Vue de l’ensemble depuis l’ouest. A l’angle superieur droit est visible le projet de reconstruction du Palais Royal.

Museuminseln-2

Le projet de la James Simon-Galerie

Au sud de la zone protegée des musées etait le Parlement de l'ancienne Republique Democratique, detruit apres la reunification. Le projet est en cours pour reconstruire l'ancien Palais Royal, ce qui impliquera un changement important au nom d'une memorie historique que peu de gens vivents gardent en fait (le Palais fut demoli en 1950). Le batiment bleu est un element provisoire qui expose le projet.

Au sud de la zone protegée des musées etait le Parlement de l’ancienne Republique Democratique, detruit apres la reunification. Le projet est en cours pour reconstruire l’ancien Palais Royal, ce qui impliquera un changement important au nom d’une memorie historique que peu de gens vivents gardent en fait (le Palais fut demoli en 1950). Le batiment bleu est un element provisoire qui expose le projet.

Publicités

Eau (5) Venise

Le Palais vu depuis le clocher de San Giorgio Il Magiore

Le Palais vu depuis le clocher de San Giorgio Il Magiore

Le Palais des Doges a Venise est l’un des sièges de pouvoir les plus impressionnants que j’ai visité. Sa présence sur la baie, se montrant clairement au visiteur, est notable ; ce n’est pas une beauté incroyable dans la vue lointaine, mais il joue son rôle bien dans cette admirable façade urbaine.

pdogos2

Le plus intéressant est ce que n’est pas visible de l’extérieur (ou plutôt ce qui est visible mais pas intelligible). Le palais intègre les différentes halles des conseils qui régissaient la vie de la République, et certains avaient un nombre important de conseillers. La solution logique aurait été de placer ces grandes salles dans le rez-de-chaussée, avec une toiture majestueuse, au centre de la cour, et de placer les autres dépendances de taille plus réduite en hauteur dans un corps bâti autour, plus adapté aux contraintes des murs massifs. Mais ici il fut décidé de placer les halles des conseils au niveau le plus haut ; cedi explique une apparence plus légère des deux niveaux inferieurs, ce qui apporte une qualité spéciale a la place de St Marc et la façade vers le Grand Canal (même si des murs massifs sont derrière les colonnes), et l’aspect plus massif de l’étage supérieur, qui abrite les salles. Dans les couloirs entre ces salles, des cartes géantes du monde montrent la vision que la République navigante avait d’elle-même.

La cour

La cour

Le bâtiment entier est un palimpseste de styles et façons de décorer et organiser une architecture, avec des variations surprenantes dans les angles, intégrant toujours les contraintes du parcours cérémonial des conseillers vers l’étage supérieur, et avec la Cathédrale St Marc comme voisine de cour.

pdogos6

Dômes (8) Invisible

Peregrina 1

 

Qu’arrive quand le dôme devient le batiment entier? que même ainsi elle peut disparaitre, au moins de l’exterieur. C’est le cas de l’eglise de La Peregrina, a Pontevedra, sur le Chemin de Saint Jacques. Eglise baroque du XVIIIeme siecle, le dôme est caché dans le cylindre qui la contient.

Peregrina2

Peregrina 3

Commerce urbain (11) Berlin

C’est quoi, un centre urbain qui a été detruit? un probleme urbain. A Berlin, Alexanderplatz n’a pas survecu la deuxieme guerre mondiale, et sa reconstruction sous la RDA a produit un typique espace des années 1960, loin d’une reconstruction historique. C’est un espace tres ouvert, mais les batiments ne sont pas a la hauteur (Mediamarkt est bien loin…). Certains ont opté pour l’introversion, comme Galleria Kaufhaus, un grand magasin. Ne serait ce que pour vous rappeler ou vous etes, comme sur la plupart des zones frontalieres, les panneaux du magasin sont aussi dans la langue du pays voisin… l’exotisme etant pour un espagnol que ce soit le polonais…

Vue d'Alexanderplatz et Galleria Kaufhaus. Le rouge n'est pas la couleur reelle...

Vue d’Alexanderplatz et Galleria Kaufhaus. Le rouge n’est pas la couleur reelle…

Le dôme de l'espace central de Galleria Kaufhaus

Le dôme de l’espace central de Galleria Kaufhaus

Les escalators sous le dôme sont un element d'interet...

Les escalators sous le dôme sont un element d’interet…

Dômes 5. La Sphère et la Croix

Gilbert Keith Chesterton publie son roman « La Sphère et la Croix » en 1910, la même année ou est fini le chantier de la paroisse de San Manuel y San Benito de Madrid. Je ne sais pas (et je ne crois même pas que ce soit relevant pour l’histoire) si il y a eu des contacts entre l’architecte, Fernando Arbós, et l’ecrivain, mais chaque fois que je vois cette eglise je pense au titre du livre. Le batiment est un exemple d’architecture neo-byzantine, ce qui est vraiment rare a Madrid, et il prend une position importante sur rue, en angle avec la calle de Alcalá, ce qui acorde a la tour un role plus important. Il a quelque chose dans la complexité de la decoration et la disposition du batiment sur la parcelle, tenant compte de la position du Retiro, qui me rapelle un peu Chesterton, le « prince du paradoxal ». Effet de ses livres?

Biblitheques (1). BNF Richelieu- Salle Labrouste

Je crois l’avoir evoqué dejá, j’aime les livres sous toutes leurs formes; residant dans un petit appartement, j’ai du limiter mes achats de livres phisiques, et j’ai procedé a acheter un kindle… C’est ainsi que j’aprecie enormement quand il y a de la place pour les livres, ce qui est le cas des grandes bibliotheques. Ici commence une serie sur des bibliotheques d’interet du point de vue de l’architecture que j’ai visité (seulement quelques unes) ou j’aimerai bien visiter…

Dessin de H. Linton pour Le Monde Illustré en 1868, avec l’espace recement ouvert au public.

La Bibliotheque Nationale de France (BNF) est une grande institution qui maintient plusieurs salles de lectures d’interet. Cet article est consacré  a la Salle Labrouste, dans le batiment Richelieu, au nord du Louvre en plein centre de Paris. La Salle prend son nom de l’architecte français Pierre François Henri Labrouste, un classique du XIXeme siecle qui a innové dans l’utilisation des structure en fer. Pour ce qui est aujourd’hui la Salle Labrouste il a composé un plan carré avec neuf dômes supportés par des colonnes tres sveltes en fer. Ceci resulte dans un gran espace avec des intrussions structurelles minimales, et une bonne lumiere naturelle (en comparaison avec d’autres bibliotheques). Les dômes sont visibles seulement de l’interieur, car la toiture est conventionelle et seulement des ellements d’ilumination naturelle sont visibles.

Etat des travaux. Image de Jean-Cristophe Ballot/ BNF, publiée sur http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/renovation_richelieu.html

La Salle Labrouste dans le complexe su site Richelieu de la BNF. La grande structure ovale sur la partie inferieure a droite est la salle Ovale.

La Salle Labrouste est actuellement en transformation. Jusqu’en 1998 elle etait le siege du Départment des Livres Imprimés, et prochainement elle deviendrá la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art.

La Salle a une surface de 1.370 m2, et pour ses nouvelles fonctions l’offre sera de 320 postes de lecture.

Madry

L’image superieure montre Madrid au XVIIeme siecle, d’aprés un dessin d’Israel Silvestre (Paris). L’original peut etre vu en haute resolution sur le site de la Biblioteca Digital Hispánica. Le point de vue est sur la rive ouest de la Manzanares, a l’epoque une zone agricole.

L’emprise de la riviere semble assez grande en comparaison avec celle d’aujourd’hui (une vue de printemps en crue? ou simplement une riviere moins endiguée qu’aujourd’hui?). Les touristes d’aujourd’hui qui se limitent au Barrio de Salamanca seront sans doute surpris, car ici est la varie nature du vieux Madrid: a l’origine un poste frontalier sur une colline qui domine la riviere. Le pont de Segovia subsiste de nos jours, mais la plupart des batiments n’on pas resisté le temps.

Sur cet aggrandissement de la partie gauche de l’image on peut voir:

  • Un dôme a gauche. Par sa position il etait autour de ce qui est aujourd’hui l’eglise de la parroise de San Marcos
  • Une rue qui monte, le « Camino del Rio » d’apres le plan de Texeira, qui est aujourd’hui la Cuesta de San Vicente
  • Un jardin cloturé, qui monte de la riviere jusque au grand batiment a droite. Le jardin est le Campo del Moro, et le batiment etait l’Alcazar, le Palais Royal de la dinastie Habsbourg, remplacé pendant le XVIIeme siecle par le Palacio Real.

Sur cete vue le Puente de Segovia atteint la rue du même nom, et une rue a gauche fait la liaison avec la Calle Mayor; cette derniere liaison a changée, car les jardins et la Cathedrale de la Almudena ont alterée le parcours. La plaine fluviale est couverte par un quartier plus recent, et la vallée de la calle Segovia est traversée par un viaduct qui relie le Palacio Real a San Francisco el Grande.

Je n’aime pas la Cathedrale de la Almudena; elle tout simplement une architecture mediocre dans un endroit qui meritait mieux. Mais sur cet agrandissement de la partie droite du dessin est l’emplacement du dôme plus interesant de Madrid aujourd’hui: San Francisco el Grande, dont le chantier est fini en 1784. Il y a des peintures de Goya a l’interieur, mais les elements plus interesants sont la relation avec son entourage urbain (plutot vers l’est et la Carrera de San Francisco, car a l’ouest, même si le dôme est bien visible sur le profil urbain, il manque une façade sur sa base) et les proportions du dôme.

San Francisco el Grande

Dômes 4

 

L’eglise de l’Assomption de Mosta (Malte) compte avec le troisieme dôme du monde en dimension, dont le diametre interieur atteint les 37,2 m. Construite entre 1833 et 1860, inspirée du Pantheon de Rome, elle est impressionante vue de la route en contraste avec des architectures plus modestes et domestiques. Dans la proximité son isolement dans un grand espace ou les voitures sont tres presentes la fait moins impresionante que son modele romain.

Dômes 3

Eglise des Calatravas, et derriere le batiment de Unión y el Fénix

L’eglise des Calatravas de Madrid est ce qui reste de l’ancien couvent de la Conception Royale (1670-1678), sur la Calle de Alcalá 25, pres de la Puerta del Sol. La vue du peintre italien Antonio Joli en 1750 ne montre pas cette eglise exactement, mais il est possible de voir la relation des dômes et chapiteaux des batiments notables avec les hauteurs du reste des batiments. Au debut du XXeme siecle Madrid devient l’une des capitales européenes les plus americanisées en termes d’architecture, en grande mesure a cause du projet de la Gran Vía, et les hauteurs se multiplient, de telle sorte que les elements subsistants du XVIIeme siecle perdent leur preponderance en benefice d’autres plus nouveaux et parfois aussi interesants. Derriere le dôme des Calatravas est visible une tour tres svelte (ses etages superieurs ne depassent pas les 200 m2, avec moins de 15 m de coté), construite pour la compagnie d’assurances La Unión y el Fénix (a la quelle les villes espagnoles doivent plusieurs batiments de la même epoque dans des emplacements tres visibles), et qui est aujourd’hui l’Hôtel Petit Palace Alcalá Torre. Il est clair que la tour n’est pas un dôme, mais il participe de la même tentative de « montrer la tête », en ce cas de par son sveltesse (les proportions sont plus importantes que les dimensions…)

Antonio Joli, 1750, la rue d’Alcala