Dômes 5. La Sphère et la Croix

Gilbert Keith Chesterton publie son roman « La Sphère et la Croix » en 1910, la même année ou est fini le chantier de la paroisse de San Manuel y San Benito de Madrid. Je ne sais pas (et je ne crois même pas que ce soit relevant pour l’histoire) si il y a eu des contacts entre l’architecte, Fernando Arbós, et l’ecrivain, mais chaque fois que je vois cette eglise je pense au titre du livre. Le batiment est un exemple d’architecture neo-byzantine, ce qui est vraiment rare a Madrid, et il prend une position importante sur rue, en angle avec la calle de Alcalá, ce qui acorde a la tour un role plus important. Il a quelque chose dans la complexité de la decoration et la disposition du batiment sur la parcelle, tenant compte de la position du Retiro, qui me rapelle un peu Chesterton, le « prince du paradoxal ». Effet de ses livres?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s