Mois: septembre 2012

Dômes (2)

Cathedrale de St Hedwige, Berlin

L’expression de la capacité de construire quelque chose de compliqué evolue; et le dôme peut devenir une sphere complete, ou bien s’evider pour n’etre qu’une resille. Mais la question de l’echelle demeure importante, plus que la forme elle-même.

Marx, la télé et le Christ, Berlin

Chez Angie… a Berlin

Publicités

Dômes (1)

Le Pantheon de Lisbonne

Un dôme est une structure hemispherique qui n’a pas d’autre avantage que de montrer que vous etes capable de la construire et de projeter son image sur l’entourage. A proprement parler, le temple de Beijing n’est pas un dôme, mais il a une fonction equivalente. De même pour l’eglise de Malte; si vous voulez voir un catalogue de dômes inoui, allez a Malte; même si la bas la justification n’est pas dans une vision imperiale…

Eglise a Malte

Le temple du ciel a Beijing

 

 

Compter des parcelles (3). Le Cadastre Français

Le Cadastre Français apporte moins d’informations que l’Espagnol sur les parcelles. Beaucoup des données sont soumises a un access payant.

Plan cadastral de l’Hotel de Ville de Paris

Données du Cadastre sur l’Hotel de Ville de Paris

Par contre, le Geoportail apporte una magnifique vision d’ensemble du parcelaire et du bati s’affranchissant des limites administratives.

Compter des parcelles (2). Le Cadastre Espagnol

Le site web du Cadastre Espagnol permet d’acceder a sa base de données pour le territoire concerné. Les provinces Basques et Navarre ayant un systeme fiscal different, elles ont des cadastres independants.

L’acces au systeme se fait par introduction de la reference du cadastre (un code unique atribué a chaque parcelle), ou de façon graphique par municipalités.

Image du Cadastre de l’ilot ou est le nouveau Ayuntamiento de Madrid (mairie)

Données du Cadastre sur la nouvelle Mairie de Madrid

Le systeme apporte des données sur le batiment et ses usages, ainsi que les surfaces consacrées. Comme toute base de données, il y a des pepins, mais en general elle marche bien: par exemple, la nouvelle mairie fut construite dans la decennie de 1910, mais la date de construction qui figure est celle du recent reamenagement.

Biblio 9+ Compter des parcelles (1) publicité fonciere, cadastre et le reste

Cet article s’inspire de Flawed Vacant Land Management, publié sur Phila Planning Journal. Les lignes suivantes ne sont qu’une explication simplifiée du systeme espagnol de gestion du droit de proprieté fonciere, qui peut etre approfondie avec le site du Registre des propriétés, cette description du systeme du cadastre, et la bibliographie du Commite Permanent du Cadastre de l’Union Européene.

Une ville est un ensemble continu d’espaces de coexistence dans des degrés divers. Les espaces publics appartiennent a tout le monde, et en eux la coexistence de tous est possible avec certaines règles définies par la communauté. En réalité on peut reconnaitre l’espace public par opposition aux espaces privés, qui résultent de la reconnaissance d’un droit du propriétaire de restreindre beaucoup plus tout dégrée d’interaction, même si la législation générale reste applicable (par exemple, votre droit de propriétaire ne comporte pas le droit de tuer un intrus).

Les biens fonciers publics, malgré le fait d’appartenir a tout le monde, ne sont pas homogènes ; ils ont des propriétaires différents (état, région, ville, départements administratifs dans eux), et des régimes différents. Il est courant de voir comment les systèmes légaux distinguent entre des biens de domaine public (par exemple, les rues) et de patrimoine public (par exemple, des services techniques municipaux), avec des possibilités de vente différentes. Ces derniers ont un régime de droit de propriété similaire a celui des sols privés.

L’urbanisme établit l’objectif de répartition future de l’espace urbain entre domaines publics et domaines privés (le reste) par le dessin des alignements. Ceci implique que l’urbanisme peut changer la forme actuelle des propriétés privées.

Depuis des siècles plusieurs pays comptent avec des systemes qui rendent compte de l’état actuel des propriétés privées et sa relation avec celles qui sont publiques, apportant une sécurité au droit de propriété et permettant de lever les impôts liées.

Dans le cas espagnol (ceci n’est qu’une description schématique) deux systèmes existent :

  • Le Cadastre immobilier, registre administratif qui dépend du Ministère du Trésor, ou sont inscrits tous les biens urbains et rustiques, d’inscription obligatoire et gratuite. C’est une base graphique, aujourd’hui informatisée, qui est utilisée pour les impôts locaux sur la propriété et l’impôt sur le revenu. Etant une base graphique d’accès gratuit, elle est de plus en plus utilisée. Qui paie les impôts pour une propriété n’est pas nécessairement son propriétaire. En 2011 le systeme couvrait en zones urbaines 13.435.868 parcelles avec une surface de 1.098.777 hectares; les zones rurales comptaient 39.861.294 parcelles avec une surface de 47.540.978 hectares
  • Registre des propriétés foncières, public, cree en 1861, un service qui a un cout. L’inscription du bien garantit la propriété, mais comme la description est trop souvent seulement textuelle concernant la propriété et ses riveraines, il peut avoir des différences avec les bases graphiques du cadastre. Les charges associées aux propriétés, comme les hypothèques et les servitudes, y sont inscrites.

Ainsi, toutes les parcelles d’Espagne sont théoriquement dans le cadastre, mais seulement quelques unes sont sur le registre. La base de données du cadastre est mise au jour par des municipalités complètes (ou par l’inscription de nouvelles constructions) a des intervalles plus ou moins réguliers, et ainsi la géométrie des parcelles voisines est cohérente, tandis que le registre est mis a jour chaque fois qu’un propriétaire isolée le demande. Le titulaire du cadastre est une donnée secrète, mais un citoyen peut demander une certification du registre sur la propriété d’une parcelle et ses charges.

Pour un urbaniste, le cadastre apporte un plan de propriétés moyennement fiable, mais localiser le propriétaire réel peut être plus complexe: il est possible que personne ne paie les taxes foncières, la parcelle peut avoir ete vendue sans incscription du nouveau proprietaire au registre, ou bien n’avoir qu’une inscription de 1930… avec un propriétaire dont les dernières nouvelles sont d’être parti pour Buenos Aires en 1940…

Autoroutes pour les velos

Les Barclays Cycle Superhighways sont des itineraires cyclables (1,50 m de largeur, peints en bleu, sur la chausee) reliant la banlieue londonienne au centre de la ville, et sont sensées apporter un trajet plus sur et commode pour les deplacements quotidiens. Un systeme de location de velos est associé, et des cours pour les nouveaux utilisateurs sont prevus. C’est une experience possitive, mais pas necessairement revolutionnaire.

Le projet Skycycle est une proposition de l’architecte paysagiste britanique Sam Martin qui propose un reseau de pistes cyclables sur la ville, reliant les principales stations de metro, avec utilisation d’anciennes voies a l’abandon et de nouvelles infrastructures. Une augmentation de la vitesse en velo et une reduction des morts de cyclistes sont envisagées.

Le systeme ne serait pas gratuit, l’access etant liée a l’utilisation de l’Oyster Card (le forfait londonien des transports en commun) avec un cout de 1 livre sterling par deplacement aller -retour, un tiers du cout du voyage metro comparable. Apparament la recherche d’un partenaire privé pour le projet est en cours. Mais il y a aussi des sceptiques qui aimeraient autant de voir les investissements se consacrer aux reseaux locaux.

L’image superieure, visible sur le site de Rebar (mais sans d’autres elements d’explication sur le rest du site) semble montrer que ces idées seront en debat souvent dans les prochains temps.

Parking Day 2012

Parking Day 2011, Vigo (Espagne). D’après http://www.quetipos.com/?p=58

Parking Day est un événement annuel pendant laquelle des artistes, designers et citoyens transforment des places de stationnement régulées par parcmètre en des parcs publics temporaires. L’événement est présenté comme « open source ». Conçu par Rebar, un atelier de design a San Francisco, l’idée est de rappeler sur la quantité d’espace public utilisé pare les bagnoles. L’idée est simple : le paiement pour la place de stationnement vous donne le droit de l’utiliser, ce qui peut être fait pour un usage différent de l’entreposage de véhicules.

En 2012 c’était hier, 21 septembre. Depuis la première fois en 2005, et d’après le mode d’emploi, dans des places de parking il y a eu des mariages, des exhibitions de compostage, des parcs publics, des cliniques gratuites, du recyclage de verre, des campagnes politiques, des piscines pour enfants et tout genre d’usages. Il y a aussi un manifeste. Dans cetaines villes americaines, comme Philadelphie, cela devient un mouvement important.

La place de Tirso de Molina

La place actuelle, occupée par des batiments sur la carte de Texeira

La place de Tirso de Molina est dans la ville historique de Madrid, mais elle n’est pas l’une des places historiques classiques, comme montre le plan de Texeira, une gravure de 1656, ou l’on peut apprécier un ilot occupé par des bâtiments ; sur le fragment reproduit de ce plan il est aussi possible d’apprécier d’autres évolutions depuis l’époque de Philippe IV, comme la configuration précédente de la Puerta del Sol. La place de Tirso de Molina date de 1840 et ses façades sont celles de ilots qui l’entourent, ce qui explique l’absence d’une composition unitaire.

En 2006 la ville de Madrid finit la transformation de la place. Son rôle dans la vie du quartier comme espace public avec une circulation d’usagers du métro était conditionné pendant les années précédentes par la présence des clochards et le trafic de drogue. La nouvelle configuration cherche la régénération de l’espace public, l’attention aux demandes des voisins, et la réduction des possibilités de conflit par la limitation de la circulation des véhicules (intense jusque a ce moment a cause des camionnettes des grossistes du textil de la zone) et un design urbain ou, entre autres, était éliminées les zones de faible visibilité et on implante des bancs ou il est impossible de s’allonger.

Le projet de Estudio Haiku incorpore des kiosques pour la vente de fleurs, conçus comme des objets sculptoriques qui se deploient dans la place pendant l’horaire d’ouverture, de la meme façon que les terrasses de café. Des plantations vegetales lineaires marquent les petits denivellements, et il y a aussi des zones de jeux pour les enfants. Aprés six ans d’utilisation et en pleine crise economique dans tout le pays, la place semble tenir, avec quelques petites degradations par l’usage dans les quioskes.