Ports lointains (2) Paysage et climat

Le paysage de ces quatre villes est marqué par sa cote découpée, le relief, la géologie et la végétation.

Brest se place sur une falaise de quelques 40 m de hauteur qui domine la rade du même nom, ayant comme limite de sa zone centrale l’estuaire de la Penfeld, germe du port. Il n’y a que quelques zones dans les pourtours ou la hauteur dépasse les 60 mètres ; la cote est marquée par des falaises, mais pas par des grandes montagnes ou collines. Les cours d’eau marquent le territoire par leurs vallées.

Duluth est au point de contact des collines de la rive nord du Lac Superieur et des plaines qui s’étendent au sud et le long de l’estuaire de la rivière Saint Louis. Le site de la ville est sur un terrain compliqué, avec une pente raide et une genèse volcanique, ce qui n’aide pas les chantiers d’excavation, et a compliqué la construction de la voirie et les bâtiments. Le relief (quelques 200 m de dénivellement entre le rivage du lac et les points les plus hauts, a peine a 2 km vers l’intérieur) a contribué a une scène visuelle intéressante, qui attirait des touristes déjà vers 1880. Les ravins qui vont vers le lac ont formé les limites naturelles entre les quartiers de la ville. Le port est derrière la barre de l’estuaire de la rivière Saint Louis, et la ville a colonisé les rivages du lac et l’estuaire, tout comme l’intérieur.

La Corogne est sur l’extrémité occidentale du Golfe Artabre, l’ensemble de rias qui arrive jusque a Ferrol au Nord. C’est une succession de collines pas très hautes, sauf sur les transitions vers la mer ouverte, comme sur le Monte de San Pedro. La ville est apparue au début sur l’extrémité orientale d’une presqu’ile relié a la terre ferme par un cordon de sable plutôt étroit, et pendant le XXème siècle elle a débordé les zones de plaine pour monter sur les collines au sud et avancer sur le nord de la presqu’ile. Il y a une anse de chaque côté de la presqu’ile, avec le port sur l’orientale.

Sur Puerto Montt, les zones orientales de la commune dépassent les 1.000 m de hauteur, mais la ville est a des niveaux plus bas. Le port est sur une pente plutôt douce vers la cote, interrompue par un talus important qui arrive aux 100 m de hauteur. Ceci permet des belles vues sur le Seno de Roncagua, la grande baie qui prolonge vers le sud la vallée centrale chilienne et sépare la base des Andes de l’ile de Chiloé. Le port occupe le canal entre le continent et l’ile Tenglo.

Le climat de ces quatre villes est, pendant leurs étés (Puerto Mont est sur l’hémisphère sud), assez similaire ; il est difficile d’aller au delà des 25º C, et la pluviosité est plutôt haute. Seulement Duluth voit couramment la neige et les températures en dessus de zéro pendant plusieurs semaines, et donc s’est équipé avec des passerelles piétonnes conditionnées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s