Portugal

Algarve et tourisme

Quai de la vieille ville de Faro. Au fond l’aeroport

Le développement touristique de l’Algarve, la région la plus au sud du Portugal continental, commence dans la décennie 1970.  Ce développement a supposé un élément important de dynamisation des économies locales, spécialement dans les zones côtières, par l’application du modèle « soleil et plage ».

L’intégration de l’aéroport de Faro dans les réseaux des compagnies low cost a contribué a augmenter le tourisme, essentiellement britannique, allemand et espagnol, vers la zone.

Le paysage côtier, avec des plages et des grandes falaises, est intéressant, et sauf des exceptions ponctuelles il est moins altéré que celui de la méditerranée espagnole. Pourtant, on peut aussi apprécier des déficits majeurs en termes de qualité de l’urbanisation et des éléments de qualité de l’environnement ; une logique de développement ou l’urbanisme est plutôt un instrument de confirmation des structures de propriété foncière préexistante que de création de qualité urbaine est également présent.  Le développement plus tardif que celui des zones espagnoles a permis d’apprendre de leurs expériences, mais le manque de qualité des espaces publics et infrastructures (pas dans les centres historiques, mais plutot dans les peripheries) et le manque de cohérence de certains projets urbains fait que cet avantage compétitif puisse être de courte durée.

Plage de Alvor (Portimao)

Praia da Luz (Lagos)

Publicités

Biblio (6) Planification du tourisme au Portugal

Le Plano Estrategico Nacional do Turismo de Portugal de 2007 (PENT) (Resolution du Conseil des Ministres 61/2007, de 13/02/2007) est un document approuvé avant la présente crise économique, qui a provoqué des importantes réductions des dépenses publiques au Portugal. C’est un document illustratif de la vision du rôle du tourisme dans une économie européenne de petite taille, qui configure un marché alternatif a l’Espagnol.

Le tourisme au Portugal représentait en 2004 le 11% du PIB, avec une perte de parts de marché au niveau international, dépendance importante de quatre marchés émetteurs de touristes, et trois grandes régions (Algarve, Lisbonne et Madère) touchés par la saisonnalité de la demande et les limitations de connexions aériennes.

Le Plan définit trois catégories de marchés :

–           Marchés stratégiques  (Portugal, Royaume Uni, Espagne, Allemagne et France)

–           Marchés a consolider

–           Marchés de diversification, dont la Chine

Le Plan définit aussi 10 produits touristiques strategiques :

–           Soleil et mer

–           Touring culturel et paysager

–           City Break

–           Tourisme d’affaires

–           Tourisme de nature

–           Tourisme nautique

–           Sante et wellness

–           Golf

–           Ressorts intégrées et tourisme résidentiel

–           Gastronomie et vins

Des priorités sont définies pour chaque région du pays. Les actions strategiques comprennent 6 nouveaux pôles touristiques de diversification de l’offre :

–           Douro : vin de Porto et gastronomie, territoire viticole, patrimoine, culture locale et offre combinée avec le tourisme urbain a Porto

–           Serra da Estrela : neige, parc naturel, villages ruraux, gastronomie et culture locales.

–           Ouest : châteaux, églises et monastères ; golf ; gastronomie et vins ; plages et offre combinée avec le tourisme urbain a Lisbonne.

–           Barrage d’Alqueva : nouveau plan d’eau, gastronomie et vin, Evora et villages historiques

–           Littoral de l’Alentejo : climat, plages inexploitées, parcs et réserves naturelles, offre combinée avec le tourisme urbain a Lisbonne.

–           Porto Santo (Madère) : climat, plages, patrimoine naturel, golf et offre combinée avec le tourisme a Madère.

Le document spécifie que le PENT impliquera des mesures en parallèle pour le développement des actions pertinentes en matière d’aménagement du territoire. Du point de vue du territoire, les actions avec le plus grand impact potentiel sont celles d’Alqueva (qui ont impliquée ces dernières années l’approbation d’un nombre important de projets de tourisme résidentiel avec des milliers de places) et de Porto Santo ; l’effet de la crise sur ces investissements est important.