La Havane

Biblio (80) La Ville Moderne a La Havane

Voici un article intéressant de Gabino Ponce Herrero sur l’évolution de l’urbanisme a La Havane pendant la première moitié du XXème siècle. C’est aussi l’histoire de comment le projet d’extension urbaine vers l’est, initialement conçu comme un projet privé liée au nouveau tunnel sous la baie, est devenu sous le régime socialiste a une configuration différente. L’évolution économique du pays a fait de ce qui était destiné a devenir un modèle (et qui en Europe serait aujourd’hui possiblement un quartier banal de HLM) une simple œuvre isolée.

 

Des villes devenues moyennes (2) Cartes anciennes

Marseille en 1743. La ville reste en grande partie liée au nord du vieux port.

Marseille en 1743. La ville reste en grande partie liée au nord du vieux port.

Marseille en 1836. En moins d'un siecle la ville a largement gagné en dimension.

Marseille en 1836. En moins d’un siecle la ville a largement gagné en dimension.

Le projet de la Nouvelle Orleans en 1718. Bien naif comme projet, la mesure des distances entre le fleuve et le lac Pontchartrain est bien loin de la realité, tout comme l'echelle relative de la ville.

Le projet de la Nouvelle Orleans en 1718. Bien naif comme projet, la mesure des distances entre le fleuve et le lac Pontchartrain est bien loin de la realité, tout comme l’echelle relative de la ville.

Carte de 1744 de Dheulland. La ville a déjà quelque chose de reel: des parcelles et des batiments, et la mesure des choses est mieux prise. Rien a voir avec l'orientation de projet.

Carte de 1744 de Dheulland. La ville a déjà quelque chose de reel: des parcelles et des batiments, et la mesure des choses est mieux prise. Rien a voir avec l’orientation de projet.

Seville en 1590. Une grande ville a l'epoque, avec des nombreux grands batiments.

Seville en 1590. Une grande ville a l’epoque, avec des nombreux grands batiments.

Seville en 1771. La ville a gagné en complexité, mais pas tellement.

Seville en 1771. La ville a gagné en complexité, mais pas tellement.

La Havane en 1743. La ville es largement tournée vers la baie, protegée par des remparts de la cote ouverte.

La Havane en 1743. La ville es largement tournée vers la baie, protegée par des remparts de la cote ouverte.

Des villes devenues moyennes (1) Un echantillon

Une ville moyenne peut l’être suite a une croissance qui lui permet d’acquérir ce rang, ou au sens inverse, en ayant perdu un certain rang. Je sais que les affirmation de cet ensemble de notes peuvent ne pas plaire, mais c’est une réflexion a très long terme, et l’histoire se construit chaque jour, donc rien n’est inéluctable.

J’ai choisi ici quatre villes qui, comme dans le premier cas, son des ports, mais avec des rôles très différents de celles du premier groupe. Elles sont des hauts lieux de l’aventure coloniale européenne (qui pourrait bien porter un autre nom vue d’autres endroits) : Seville comme port de référence des premiers temps de l’empire colonial espagnol, Marseille comme la porte de France ver ses empires africains et asiatique, la Nouvelle Orléans comme la porte de la Vallée de la Mississipi,   et la Havane comme capitale du dernier joyau de l’empire espagnol. Ce ne sont pas des petites villes, et elles sont même très importantes dans leurs états, au point que pas mal d’experts diraient qu’elles ne sont pas des villes moyennes ; mais elles ne sont plus des métropoles qui marquent le rythme de leurs continents, comme jadis. Elles ont bien gagne en population, mais elles ont perdu en rang par rapport au temps passé.

Mais elles sont des endroits bien intéressants. Comment évolue une ville quand la vague technologique- économique- sociale (ou autre) qui l’a amené au plus haut passe ? l’apogée de ces villes est lié a leur réseau de relations dans un monde colonial, et son évolution est lié au dépassement de ce monde par d’autres avec un plus grand succès. Il y a quelque chose de Detroit ici…

Biblio (29) El Vedado, La Havane

20130210-195607.jpg
Voila l’exemple d’un plan singulier a plusieurs egards. El Vedado est une municipalité de l’agglomeration de La Havane, dont le tracé urbain pourrait etre consideré comme un exemple des projets innovants de l’urbanisme européen du XIXeme siecle; je suis pleinement conscient que La Havane n’est pas en Europe, mais le plan aprouvé en 1860 (presque au même moment que les ensanches de Madrid et de Barcelone) l’est dans une ile encore espagnole, et la philosophie est clairement differente de celle de la grille coloniale classique. El Vedado est une grille, mais une differente, soumise a modification comme presque n’importe quel plan, mais capable de maintenir ses valeurs. Je n’ai jamais visité La Havane, mais il parait que le quartier est a la mytologie locale ce que l’ensanche est a celle de Barcelone.

Ce n’est pas une nouveauté de dire que Cuba a un systeme economique peu frequent; c’est curieux que dans une premiere lecture le plan assume un langage sur les investisseurs peu different de ceux qui sont courants sur d’autres pays.

C’est aussi surprenant de voir que ce plan est organisé et justifié comme un document du « new urbanism » (même quand c’est un plan qui est passé par un comité populaire). Et qu’il a reçu une mention honorable au prix Driehaus du Form Based Codes Institute, une organisation des Etats-Unis.

Ce ne sont que des conditions singulieres. Je repete que je n’ai jamais mis le pied sur Cuba et je doit juger sur des sources secondaires, mais le plan parait interesant a plusieurs egards: de l’autre coté de l’Atlantique il aurait été tres debatu par la proposition de nouvelles tours en bord de mer, mais de l’autre coté du detroit de la Floride ceci n’aurait probablement pas été tres ataqué. Les parties historiques et analytiques sont bien ecrites, et semblent une bonne introduction a l’histoire recente du centre de La Havane, et le reglement semble coherent. A coté de l’arome « new urbanism » on voit aussi la main des certains experts de Barcelone.

Le document peut etre consulté sur: http://formbasedcodes.org/files/driehaus/ElVedadoMunicipalCode-2012Driehaus-reduced.pdf