centralité urbaine

Tokyo: la taille du noyau

Tokyo-mad-NYC

Tokyo se présente comme la plus grande aire métropolitaine du monde, avec plus de 35 millions d’habitants. Mais comme presque toute aire métropolitaine, elle a un noyau, un centre. Et ce centre dit certaines choses sur la ville, et d’avantage si l’on compare ce centre a des villes que l’on connait.

Le centre de Tokyo est marqué par la baie, qui est de plus en plus loin car des nouvelles iles sont crées pour des usages urbains, par la présence du Palais Imperial et par un système d’autoroutes urbaines bien plus apparent et ramifié que sur les villes européennes ou américaines.

Chiffres et geometrie

copenhague

 

Cette semaine j’ai eu la chance de rencontrer un groupe d’architectes et d’urbanistes (liées a l’ifhp, pour la plupart danois) qui étaient en visite a Madrid. Comme toujours, rencontrer des collègues étrangers est intéressant. J’ai visité Copenhague en 2002, une ville assez intéressante, avec un urbanisme attractif. Relisant la carte de la ville et ses tissus urbains qui intègre le Urban Atlas de l’Agence Européenne de l’Environnement, il y a des points d’intérêt :

–           Le tissu urbain ne correspond pas a une forme régulière, mais plutôt a des adaptations a des éléments géographiques ou a la séquence de croissance.

–           Le tissu residentiel est marqué par des discontinuités « volontaires », telles que des équipements ou infrastructures (gris, violet)

–           Les densités varient. La centralité est claire, mais a une délimitation plutôt fractale (rouge zones résidentielles denses, les nuances oranges représentent un habitat moins dense.

Tout ceci (en realité, assez courant tant pour les villes bien planifiées et celles moins bien loties) pose la question de la densité et sa mesure ; les ilots urbains sont importants pour certaines mesures, mais le quartier est aussi une unité pertinente, pourvu qu’un accord existe sur ses limites. Une autre conclusion serait que le bon urbanisme est une matière de cohérence et qualité a des échelles différentes, mais pas nécessairement d’une régularité totale.

Calle Serrano (Madrid)

1,3 km de centralité madrilene, avec 31 m de largeur

1,3 km de centralité madrilene, avec 31 m de largeur

Serrano est l’une des voies structurantes du barrio de Salamanca, l’extension de Madrid au XIXeme siecle qui est aujourd’hui l’une des centralités les plus puissantes de la ville en termes économiques et d’image représentative. C’est une rue avec une grande concentration de commerce de biens d’achat occasionnel (sauf si votre revenu est treeeees aisée…), avec pas mal de boutiques de luxe, et aussi des bureaux de haut niveau. Sa position près de la Castellana, mais avec une largeur bien plus favorable au développement du commerce et autres activités, et une présence importante du commerce aussi sur les rues adjacente, depuis le luxe d’Ortega y Gasset a des offre un peu plus stratifiées en prix, mènent a une concentration comparable a celle d’un grand centre commercial de périphérie. L’un des tronçons les plus intéressants, même asymétrique (pas de façade a l’ouest) est celui de la place de Colón, qui concentre certaines des boutiques les plus exclusives (et les photos de ce post…)

La calle Serrano a fait l’objet d’une reforme intensive de son aspect, fini en 2010 ; des places de parking en surface ont été éliminées (avec création d’un grand parking souterrain), une voie cyclable a été incorporée sur le trottoir, et le design des surfaces, grilles d’arbre, bancs et autres éléments est spécifique.

serrano-4 Serrano-3 serrano-2 Serrano-1

La Cinquième Avenue

1,2 km de cinquième avenue. Le perimetre du BID est marqué en rouge

1,2 km de cinquième avenue. Le perimetre du BID est marqué en rouge

La cinquième avenue est très, très longue ; les avenues de Manhattan parcourent l’ile de nord a sud, et ici elle fait dans l’ensemble plus de 10 km. Sur cette distance il y a plusieurs quartiers et situations diverses, et aujourd’hui je suis intéressé par la zone du Fifth Avenue Bussiness Improvement District, un parmi les établissements publics- privés pour l’entretien et la promotion commerciale. D’autres tronçons de la rue sont intégrés dans des BID, mais celui-ci est le plus représentatif de l’image de cette rue qui est transmise au monde.

Ce BID couvre une longueur de 1,2 km de la cinquième avenue et une profondeur variable des rues latérales ; par exemple, le Rockefeller Center, signalé sur le plan par un rectangle noir en pointillé, n’est pas compris dans sa totalité, tandis que la partie de la rue 57 va de l’avenue Madison jusque a la sixième. Ceci montre que la perception de l’espace et sa zone d’influence qui ont les commerçants est adaptée a des facteurs spécifiques, qui n’ont pas de relation avec la régularité géométrique.

La cinquième avenue a un peu plus de 28 m de large. Il y a trois voies de sens unique (vers le downtown) auxquels s’ajoute une voie pour bus. Ceci laisse des trottoirs d’a peine 6 mètres. Certes, on associe souvent cette rue au luxe, mais les trottoirs sont en béton, sans grandes décorations, sauf pour les grilles d’arbres (peu d’arbres) comme celles du Rockefeller Center. C’est aussi notable de voir tres peu d’ouvertures pour des réseaux souterrains.

fifth-1
alcorque rockef aceras fifth

Ibiza- Sainz de Baranda

Ibiza- Baranda 720 m

Le titre évoque des noms de rues, pas l’ile… Avec quelques 720 m de longeur et 30 m de largeur totale, des trottoirs latéraux d’un peu plus de 2 m, et une promenade centrale de 11, les rues de Ibiza et Sainz de Baranda a Madrid sont un cas intéressant. Elles ont la même largeur totale et le même genre de bâtiments que Narvaez, la rue perpendiculaire. Elles relient le Retiro, le grand parc central de Madrid, et grâce a leurs promenades centrale elles ont un certain nombre de restaurants et cafés. Le quartier tout entier n’est pas mal loti en termes de commerce (ce n’est pas une grande centralité comme des zones un peu plus au nord, mais c’est loin d’être l’une des pires zones de Madrid). Mais la rue avec plus de commerçants et Narvaez : malgré le fait de consacrer plus d’espace aux voitures, elle arrive aux grands magasins de Felipe II- Goya, les trottoirs sont plus larges (quelques 5 m), et, probablement, le fait d’avoir moins d’arbres évite la perte de concentration des piétons sur les vitrines d’en face (essentiel…)

Calle Alcalde Sainz de Baranda

Calle Alcalde Sainz de Baranda

ibiza-baranda2 ibiza-baranda

 

La rue Real a La Corogne

real-300m

La rue Real de La Corogne (Galice, Espagne) est l’une des plus importantes du centre historique. Avec quelques 300 m de longueur et quelques 7 m de large, elle était jadis une rue intérieur par rapport a la ligne de la mer, aujourd’hui repoussée par les remblais successifs. La trame urbaine es relativement régulière, mais pas homogène en termes géométriques : la rue a un axe qui n’est pas totalement droit, mais la fin est visible depuis le début.

La rue fut historiquement l’une des centralités commerçantes de la ville ; l’expansion métropolitaine, les centres commerciaux de périphérie et les crises économiques en ont de plus en plus raison de cette position, aujourd’hui plutôt révolue.

L’uniformité architecturale est plutôt maintenue dans le tronçon central, mais il y a des altération importante s a l’ouest (A). Le revêtement avec des grandes dalles de granit (qui peuvent faire « pleuvoir en remontant » un jour de pluie si elles bougent un peu…) est toujours la. C’est une rue piétonne sauf pour les livraisons, tout comme les rues des alentours, pas seulement par régulation mais aussi par leur propre dimension (et par le manque de garages dans des parcelles si étroites…)

Real-1 Real-2

The Paseo de Gracia in Barcelona

Le Paseo de Gracia: 1,3 km de centralité a Barcelone

Le Paseo de Gracia: 1,3 km de centralité a Barcelone

Le Paseo de Gracia n’est pas seulement un haut lieu de l’œuvre de Gaudi, mais aussi l’une des premières rues de l’Ensanche; en fait, son tracé fait un certain angle par rapport a la grille générale, qui s’appuie sur la droite de la Gran Vía, qui relie des points plus distants. C’est un boulevard avec chausse centrale, promenades plantées (quoique parfois devenues des places de parking ou des accès a des souterrains) et rues de service latérales.

Avec 60 mètres de largeur, la voie centrale fait 22 mètres, et les trottoirs des bâtiments font 9 mètres dans certains endroits. C’est l’une des rues commerçantes de choix de la ville.

Le Paseo de Gracia vu depuis l'angle avec la Gran Vía de les Corts Catalanes. Depouillement du mobilier urbain sur ce carrefour important

Le Paseo de Gracia vu depuis l’angle avec la Gran Vía de les Corts Catalanes. Depouillement du mobilier urbain sur ce carrefour important

Detail de l'image precedente. Le Paseo a une structure de voies centrales et contre allées avec des promenades laterales.

Detail de l’image precedente. Le Paseo a une structure de voies centrales et contre allées avec des promenades laterales.

Mobilier dans le tronçon le plus Gaudi

Mobilier dans le tronçon le plus Gaudi

La rue Campos a Denia

Calle Campos: 500 m de centralité commerciale

Calle Campos: 500 m de centralité commerciale

L’organisation du trafic dans des zones qui jouent un rôle de centralité commerciale n’est pas toujours facile. A Madrid il parait clair que les commerçants de la zone Sol- Callao- Montera ont compris que malgré les limitations du trafic et du stationnement la zone marche, en grande mesure de par sa condition de nœud central d’un puissant système de transports en commun ; mais dans des villes plus petites, ou dans d’autres zones de Madrid, il peut avoir une polémique.
Parfois il y a des solutions qui tentent de conforter aussi bien les commerçants qui demandent la présence de parking que ceux qui demandent plus d’espace pour le piéton. La ville de Dénia (Alicante) joue un certain rôle de centralité pour plusieurs municipalités des alentours, ce qui est clair sur la calle Campos. Ce n’est pas nécessairement un haut lieu de l’architecture (plutôt des bâtiments typiques de la décennie 1960 ou un peu plus tard, avec ce que ça veut dire en Espagne), mais par sa position urbaine et son offre commerciale, tout comme par la présence de commerces de biens occasionnels dans les rues proches elle parait (au moins pendant une courte visite) l’endroit de référence.
Comment comptabiliser les deux visions ? avec une montre et un calendrier. La rue est piétonne a certains moments, et elle admet le trafic le reste du temps (le plus souvent, en fait). Je suis pas sur que ce soit la meilleur solution en termes généraux, mais c’est une alternative qui parait marcher (je l’ai vu peu de temps) dans une ville ou la plupart du centre ancien est piéton.

Le panneau dit tout: la rue est ouverte aux voitures pendant certaines heures, mais il y aussi un horaire sans voitures, y compris les jours feriés et la veille des 15 h.

Le panneau dit tout: la rue est ouverte aux voitures pendant certaines heures, mais il y aussi un horaire sans voitures, y compris les jours feriés et la veille des 15 h.

La vue depuis le trottoir le matin, avec des bagnoles

La vue depuis le trottoir le matin, avec des bagnoles

La vue en largeur le matin.

La vue en largeur le matin.

Vue vers le port avec les voitures

Vue vers le port avec les voitures

Un soir, sans voitures.

Un soir, sans voitures.

Vue depuis le trottoir sans voitures

Vue depuis le trottoir sans voitures