Barcelone

Barcelone (19) Les charmes

encants1

Ouvert depuis le 25 septembre 2013, le Mercat dels Encants tente de faire avec le marché aux puces de Barcelone ce que Haussmann a fait avec les Halles de Paris : mettre un grand parapluie (ici réfléchissant et doré) sur tous les vendeurs. La solution donnée par les architectes (ici B720- Fermín Vazquez) semble un succès. C’est a coté de l’Agrafeuse, et les bars a tapas de la partie supérieure sont un succès. encants2 encants3 encants4 encants5

Publicités

Barcelone (18) L’agrafeuse

Le musée du Design vu du sud-ouest

Le musée du Design vu du sud-ouest

On ne sait jamais le vrai nom des choses tant que les gens ne l’on pas découvert ; ici pour des raisons évidentes.

Le Musée du Design est sur la Plaza de las Glorias, cet espace qui était appelé a être le centre de l’Ensanche par l’intersection de la Diagonal, la Meridiana et la Gran Vía, mais qui est plutôt devenu un nœud routier. En 1992 les JO ont permis une nouvelle configuration, mais toujours comme nœud dénivelée avec des viaducs. Après plusieurs tentatives, un projet est en cours pour transformer cette place en un grand parc, en cohérence avec l’image suivante.

Vue du projet de la Plaza de las Glorias depuis le nord-ouest. Image originale sur glories.cat

Le Musée du Design est sur le côté sud-est de la nouvelle place, dans l’axe de la rue d’Avila. La différence de niveau entre la nouvelle place et la rue a mené les auteurs, MBM, a proposer un rez-de-chaussée avec des escalators ouverts au public qui permettent de faire le saut. C’est une partie pas trop claire du bâtiment, qui est devenu  lui-même une partie de cette collection d’objets inusuels qui peuplent la place, comme la tour Agbar ou le Mercat dels Encants.

Vue depuis le trotoir actuel de la place, avec le viaduc a deconstruire

Vue depuis le trotoir actuel de la place, avec le viaduc a deconstruire

La rue traversante par le rez-de-chaussée

La rue traversante par le rez-de-chaussée

Vue depuis la partie est, avec l'entrée de la rue

Vue depuis la partie est, avec l’entrée de la rue

Biblio (69) Le Plan de Barcelone

Il y a quelques jours j’ai visité Barcelone pour une réunion de l’Association des Architectes Urbanistes. Le programme était intéressant, et la possibilité de rencontrer des excellents professionnels et discuter des questions d’intérêt. Les articles suivants donnent un aperçu de ce que j’ai vu.

L’urbanisme de Barcelone a une singularité : il est régi par un plan de 1976, ce qui n’est pas courant car les plans des villes de cette taille sont couramment soumis à révision tous les dix ans, vingt au maximum. Ceci n’a pas empêché la ville de réussir en tant que référence sur plusieurs volets de l’urbanisme, mais a mené a plus de 1.000 modifications du plan, qui est devenu un palimpseste. Il y a une certaine logique des temps : Narcis Serra est élu comme maire en 1979 et reste en place jusqu’en 1982, le temps d’entamer une vision de transformation sous prétexte olympique qui changera la ville. Est que ça veut dire que la révision en cour changera Barcelone ?

Barcelone est une exception dans le contexte espagnol : le Plan General Metropolitano définit les règles pour la ville de Barcelone et pour un ensemble de municipalités proches qui forment la métropole « dense ». Ceci veut dire qu’il y a une vision d’ensemble (même si elle a été dessinée il y a 40 ans) qui articule le territoire, ce qui règle des problèmes qui se posent dans des situations semblables ailleurs (j’ai déjà parlé d’instruments similaire dans des villes françaises comme Bordeaux ou Lyon).

Mais voyons ça d’un autre point de vue : l’Area Metropolitana de Barcelona (une administration intercomunale qui correspond a l’emprisedu plan) couvre 636 km2 avec quelques 3,2 millions d’habitants ; ce sont presque les mêmes chiffres que pour la municipalité Madrid, mais ici il y a 36 maires, au lieu d’un seul.

Le Plan de Barcelone est en cours de révision et il adoptera un autre format, encore en définition, pour probablement se scinder en un document structurel pour l’ensemble métropolitain (Plan Director de Urbanismo) et 36 documents plus détaillés pour chaque municipalité.

Le site web de l’Area Metropolitana affiche des informations sur la révision et le plan en vigueur (seulement en Catalan actuellement).

The Paseo de Gracia in Barcelona

Le Paseo de Gracia: 1,3 km de centralité a Barcelone

Le Paseo de Gracia: 1,3 km de centralité a Barcelone

Le Paseo de Gracia n’est pas seulement un haut lieu de l’œuvre de Gaudi, mais aussi l’une des premières rues de l’Ensanche; en fait, son tracé fait un certain angle par rapport a la grille générale, qui s’appuie sur la droite de la Gran Vía, qui relie des points plus distants. C’est un boulevard avec chausse centrale, promenades plantées (quoique parfois devenues des places de parking ou des accès a des souterrains) et rues de service latérales.

Avec 60 mètres de largeur, la voie centrale fait 22 mètres, et les trottoirs des bâtiments font 9 mètres dans certains endroits. C’est l’une des rues commerçantes de choix de la ville.

Le Paseo de Gracia vu depuis l'angle avec la Gran Vía de les Corts Catalanes. Depouillement du mobilier urbain sur ce carrefour important

Le Paseo de Gracia vu depuis l’angle avec la Gran Vía de les Corts Catalanes. Depouillement du mobilier urbain sur ce carrefour important

Detail de l'image precedente. Le Paseo a une structure de voies centrales et contre allées avec des promenades laterales.

Detail de l’image precedente. Le Paseo a une structure de voies centrales et contre allées avec des promenades laterales.

Mobilier dans le tronçon le plus Gaudi

Mobilier dans le tronçon le plus Gaudi

Combien de touristes avons nous aujourd’hui?

Compter les parasol sur la plage n'est pas une methodologie reconnue...

Compter les parasol sur la plage n’est pas une methodologie reconnue…

Certes, la question a un petit piège : en termes de statistique, en Espagne un touriste est une personne qui se déplace de son domicile habituel a un autre point géographique, est absent de sa résidence habituelle plus de 24 heures, et dort dans un autre point géographique. C’est-à-dire, une excursion d’une journée pour aller manger un gigot et retourner chez soi pour la sieste n’est pas, techniquement, du tourisme (même si parfois certains professionnels l’intègrent)

Mais aller visiter sa grande mère dans son petit bled au fin fond de la Lozère pendant quelques jours pourrait compter comme du tourisme (même si vous ne dépensez pas un rond dans le village).

Je me rappelle de la conférence d’un ancien Conseiller Municipal de Barcelone, aujourd’hui haut cadre d’une entreprise touristique, ou il racontait  comment ils étaient surpris au début de la décennie de 1990 : les rues de Barcelone étaient pleines de touriste japonais, mais les hôtels n’avaient aucun enregistré. Il parait que la Mairie a joue aux détectives en suivant a longueur de journée quelques groupes de touristes japonais, pour découvrir  enfin qu’en réalité ils étaient hébergés dans le sud de la France (ou ils laissaient donc une partie importante de leurs dépenses touristiques) et faisaient la navette le matin et le soir. Depuis, Barcelone a tout fait pour encourager le tourisme asiatique avec nuitée, et aujourd’hui est l’aéroport espagnol le mieux connectée avec l’Asie.

Donc, comme pour d’autres matières, connaitre le chiffre exacte de touristes, et leur profil de dépense, est toujours complexe et il y aura toujours des « fuites » (le monde est plein de grandes mères, ou des amis qui vous prêtent un appartement, …), mais on essaie. Une méthode est de compter, pour une période donnée, le nombre de lits ouverts au public dans les hôtels et autres hébergements, et le multiplier par le taux d’occupation.  Ce qui laisse dehors l’ « offre non régulée » (grande mères et amies, ou location de logement par particuliers), mais est une approximation. La dépense touristique (qui a ses propres problèmes statistiques) est un paramètre plus intéressant parfois.

Barcelona- Bogotá (6)

B-bog1

Le centre ancien de Barcelone est le résultat de l’évolution de la primitive colonie romaine, même si c’est difficile a croire en regardant la trame urbaine (les grandes voies droites dérivent du plan de Cerdá au XIXème siècle). Au cas de Bogotá, les traces des Lois d’Indes et leur grille est plus claire.

A Barcelone la Cathédrale (rouge) et la mairie (bleu) occupent des places différentes, tandis qu’a Bogotá un même espace est partagé, avec un grand symbolisme car la même place est aussi le site de la haute cour de justice et du Parlement.

La croissance de la ville montre que la volonté de régularité se heurte toujours au besoin d’intégrer des conditions inattendues… la trame régulière est presque impossible.

B-bog2

Barcelona- Bogotá (5)

Surface batie de logements (m2) par ilot a Barcelone et a Bogotá. NO implique l'absence de surface residentielle sur l'ilot

Surface batie de logements (m2) par ilot a Barcelone et a Bogotá. NO implique l’absence de surface residentielle sur l’ilot. Les hotels de ville sont marqués par un cercle noir.

Ou vivent les gens? Et ou font-ils leurs achats ? répondre a ces questions de façon précise est complexe. Mais il est plus facile savoir ou ils pourraient faire une ou autre chose, encore une fois avec des données cadastrales sur des plans a la même échelle des deux villes. Ceci implique qu’il n’y a pas une sécurité de trouver des gens qui vivent a ces endroits ou des commerces ouverts, mais quelqu’un paie (ou devrait le faire) des impôts pour ces usages sur ces parcelles.

Ces plans ne montrent pas des densités, mais des quantités par ilot ; il est aussi intéressant de savoir ou et de quelle magnitude sont les surfaces de ces usages que de savoir ou ils ne sont pas localisés.

La première conclusion est que l’intensité de l’usage résidentiel au centre de Barcelone est plus haute qu’a Bogotá (même si les ilots sont de moindre surface). Et ca peut surprendre de premier abord, car les images de la première montrent souvent des tours, tandis que l’image de Barcelone est plutôt sa grille traditionnelle avec des hauteurs plus uniformes. C’est vrai, Bogotá a une population plus grande, mais sur une aire bien plus étendue. Ce qui arrive est que Bogotá a des hauteurs moyennes plus réduites, et des bâtiments souvent moins profonds. A Barcelone, 150 ans après la présentation par Cerdá de son projet pour réduire la congestion du centre, et malgré avoir accompli cela en partie, la ville nouvelle est aussi très dense.

Autrement, 2012 Barcelone comptait 1,6 millions d’habitants (padron, ine.es) et un peu plus de 72 millions de m2 de surface construite résidentielle (cadastre) ; chaque barcelonais compte ainsi 45 m2 de logement. Bogotá Distrito Capital comptait en 2012 un peu plus de 8,9 millions d’habitants (estimations de dane.gov.co) et un peu plus de 179 millions de m2 de surface résidentielle (cadastre) ; chaque bogotano  avait en moyenne 20 m2 de surface de logements, moins de la moitie, ce qui explique aussi les différences de densité résidentielle. 

En ce qui concerne l’usage commercial (l’usage tel qu’appliqué par les cadastres respectifs, avec des différences pas toujours nettes entre grossistes et vente au détail), il y a une différence et une similitude. Le centre historique de Barcelone est plus vaste en termes de densité commerciale (il concentre aussi de façon plus claire la population avec les plus hauts revenus sur la grille du XIXème), tandis qu’a Bogotá la zone au nord de la place de Bolivar ou se concentrent ces activités est plus réduite. La similitude est dans la formation de grands centres commerciaux. Malgré un lien parfois important avec les transports en commun, ils attirent aussi des flux importants en voiture.

D’après les données du cadastre, a Bogotá il y a 0,07 m2 d’usage commercial par m2 d’usage residentiel ; a Barcelone la proportion atteint 0,118. Pour chaque bogotano il y a 1,4 m2 de commerce, tandis que pour chaque barcelonais il y a un peu plus de 5. 

Surface batie par ilot a destination commerciale, en m2. NO implique l'absence de surface pour cet usage sur l'ilot.

Surface batie par ilot a destination commerciale, en m2. NO implique l’absence de surface pour cet usage sur l’ilot.

A: Plaza de las Américas- Mundo Aventura, combinaison d’un parc a theme et un espace de commerce

B: Centro Mayor

C: Centro Comercial Calima

D: L’Illa Diagonal

E: La Maquinista

F: Diagonal Mar (la parcelle avec la plus grande surface batie de Barcelone, 107.000 m2)

Corte ingles pcatalunya

G: El Corte Inglés sur la Plaza de Cataluña, un grand magasin lié a la centralité historique.

Barcelona- Bogotá (4)

Agora Bogotá (Daniel Bermudez+ Herreros Arquitectos)

Avec un COS de moins de 2 (moyene de la zone, quoiqu’avec des typologies diferentes) le centre Agora sera un espace de conventions sur la carrera 40 et a coté de la Corporación de Ferias au sud de Bogotá. Le project peut etre consulté sur http://www.herrerosarquitectos.com/Ind_Proyectos.html. Il permet de transformer une zone industrielle qui fait charniere entre activités et logements.

Quand la Diagonal arrive a la mer; Forum 2004 a Barcelone

Quand la Diagonal arrive a la mer; Forum 2004 a Barcelone, site du Centre de Conventions de Barcelone

Le Forum 2004 a Barcelone a une grande concentration de tours qui marquent son paysage. Mais son COS est plus reduit coté tours (moins de 3) que derriere, sur le Centre Commercial Diagonal Mar (plus de 5), une typologie bien plus compacte sur une moindre hauteur.

Barcelona- Bogotá (3)

Gaudí au Paseig de Gracia, sur un ilot avec 5,5 de COS moyen

Gaudí au Paseig de Gracia de Barcelone, sur un ilot avec 5,5 de COS moyen

Le COS ou coefficient d’occupation des sols correspond a la division entre surface batie (l’adition de celle de tous les etages) et l’emprise au sol qui est adoptée comme référence. Il n’est pas facile de connaitre la densité d’une zone de premier abord, car elle dépend aussi bien de ce qui est bâti que de la surface sur laquelle elle est mesurée. Ainsi, une tour peut avoir une densité sur parcelles bien moindre que celle d’un ilot moins haut. Même sur un ilot, les cours peuvent avoir des dimensions variables, et ainsi il n’est pas facile d’apprécier ce paramètre de l’extérieur. Et cela, sans arriver au cas du film « La estrategia del caracol » (la stratégie de l’escargot), de Sergio Cabrera (1993) et sa vision de la « densité en réduction » a Bogotá…

Densité par ilot aux centres de Barcelone et de Bogotá

Densité par ilot aux centres de Barcelone et de Bogotá

Tours residentielles pres de Diagonal Mar a Barcelone. COS 1,7 sur parcelle cadastrale

Tours residentielles pres de Diagonal Mar a Barcelone. COS 1,7 sur parcelle cadastrale

Plaza Bolivar, Bogotá. Une zone avec un COS moyen de 3. Image de Richard Lozin sur Panoramio.