Aménagement du Territoire

Sous le tapis (6) Grands ports

Le port de Rotterdam est bien connu comme l’un des plus grands du monde. Il avance vers la mer du nord, avec des transformations successives de ses digues et d’une ligne de cote en sable (voir http://www.portofrotterdam.com/en/Brochures/Rotterdam-World-Class-Port.pdf).

Moins connu est le nouveau port en eaux profondes de Shanghai (Yangshan deepwater port area), sur l’ile de Xiaoyang (au sud de la ville). Relié au continent par un système de ponts qui arrivent a un emplacement a plus de 15 km du trait de côte, il compte avec un quai de plus de 4 km pour grands porte- conteneurs.

Encore des images de landsatlook.usgs.gov

Publicités

Sous le tapis (4) Huang He

Le Fleuve Jaune, au nord de la Chine, a un delta assez actif. Ces images ont été obtenues sur http://landsatlook.usgs.gov/ , une aubaine si vous aimez les images spatiales ; on peut comparer des images depuis 1999, et elles sont mises a jour fréquemment, quoiqu’elles sont en basse résolution (pixel de 30 m). Google earth à une plus haute resolution sur certaines zones, et est plus souple pour la consultation, mais ceci est une machine du temps très précise.

Les satellites sont normalement configurés pour revenir sur une même position a des intervalles réguliers, a une même heure locale solaire. Mais la même heure solaire n’implique pas la même hauteur de marée, donc je ne suis pas sur que les niveaux de la mer sur ces deux images soient comparables ; en plus, il y a fort a parier que le satellite de 1999 n’est plus en service en 2013. En tout cas, il y a des evolutions substantielles sur ce « tapis  en reflux ». Des etangs artificiels fleurisent (marais salants ?), sur certaines zones la mer progresse et sur d’autres elle recule (plutôt ça)

Lyon et Pittsburgh (2) Plans

Les deux villes sont les cœurs de leurs agglomérations; Lyon est près de 2,1 millions, Pittsburgh autour de 2,3. Les deux territoires sont complexes, dès leur définition. Sauf pour une ile éloignée, les zones métropolitaines ne sont jamais faciles a cerner, et la plupart du temps on est dans un territoire flou. Certaines choses peuvent cependant être mesurées, comme les liens fonctionnels des bassins de vie, mais ce n’est pas nécessairement ce qui vous apporte un territoire reconnaissable. Donc, définir un périmètre quelque chose d’un art, parfois, car la politique y joue aussi.

Les plans d’agglomeration sont des instruments intéressants ; ils doivent faire face a des choses importantes pour le quotidien des habitants, comme la qualité du paysage des grandes echelles, les transports en commun ou les infrastructures. Mais dans certains pays, par manque d’une carrière professionnelle spécifique il y a une confusion entre planification de grande échelle et design. La planification régionale n’est pas celle qui établit les hauteurs des bâtiments, sauf dans quelques cas ou la question peut toucher au paysage, comme avec les tours (et même la, souvent de façon indirecte).

Lyon est très franco-française, car ces 2,1 millions sont éparpillés sur les 514 communes de sa zone urbaine de 2009. Un territoire entouré de montagnes et fleuves, avec par endroits des liens plus ou moins étroits avec le centre (la volonté d’intégrer un club compte aussi), finalement vous avez une forme complexe pour son périmètre.

Le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) 2030 Agglomération Lyonnaise ne couvre qu’une partie de cette zone. Seulement 73 communes, avec 1,32 millions d’habitants et la plupart des boulots sur 730 km2.

Carte INTERSCOT Simpli

lyon scot

Composantes transports en commun, vert et bleu du SCOT 2030

La régulation physique des choses comme l’architecture est faite par le Plan Local d’Urbanisme de la Communauté Urbaine de Lyon (seulement 58 communes qui se sont mis d’accord pour le format de leur plan… en ce sens, il est bien difficile d’expliquer a un étranger cet emboitement de structures supra communales bien française mais qui semble plutôt un jeu de poupées ruses…) 8 ce ces communes sont en fait des arrondissements de Lyon même (400.000 personnes sur 47 km2).

Le périmètre de l’agglomération de Pittsburgh (metropolitan statistical area) couvre sept comtés de Pensylvanie. Mais la Southwestern Pennsylvania Commission, qui gère le Plan Régional, couvre 10 comtés, avec une population d’ensemble de 2,57 millions sur une surface de 18.432 km2. En comparaison, le comté d’Allegheny, ou est Pittsburgh, a 1,22 millions d’habitants sur 1.929 km2. Donc, oui, c’est moins dense que Lyon (pas une grande surprise…)

La ville de Pittsburgh elle-même a quelques 300.000 habitants sur 151 km2. Plan PGH est le Pittsburgh Comprehensive Plan, en cours de rédaction. Et c’est la que l’architecture se produit.

pittsburgh green

Biblio (66) La division des maisons individuelles au cœur de l’Île-de-France

biblio 66-division pavillonaire ile de france

Une nouvelle étude sous l’égide de l’ Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Île-de-France montre que dans cette région:

a)        Dans la plupart des communes ayant expérimenté une augmentation de densité entre 1999 et 2008 il n’y a pas eu d’augmentation de la surface résidentielle au sol

b)        25% des nouvelles unités résidentielles apparues entre 2001 et 2011 résultent de divisions de bâtiments préexistants.

Ceci ne s’est pas produit d’une façon homogène sur le territoire régional, avec des zones ou les hauts prix immobiliers ont entrainé une réduction du nombre de logements (fort peu nombreuses et réduites en surface), tandis que d’autres sont allées dans la voie opposée (la majorité…).

L’impact de ces dynamiques était peu connu jusque a nos jours. Quelques 2.000 logements sont produits chaque année par subdivision de 770 maisons individuelles, essentiellement dans des quartiers populaires bien desservis. L’accession en propriété devient normalement loyer pour des jeunes ménages.

Ce texte touche a une question qui est plutôt une constante historique : la croissance des villes entraine normalement une densification, et le temps est venu de voir comment l’urbanisme règlementaire fait face a une échelle massive.

Certains pourraient voir ici une victoire des transports en commun, car cette croissance va en grande partie vers les zones bien desservies ; je crois qu’une recherche approfondie pour voir quelle part ceci joue sur le choix résidentielle serait nécessaire, mais sans doute ça joue pour quelque chose dans une métropole avec la congestion routière de l’Île-de-France.

Hypothèse 200 m (4)

Zaragoza

 

Saragosse (image superieure) et Mérida (image inferieure) sont deux villes historiques qui sont sur la courbe de niveau de 200 m, donc elles seraient epargnées par la montée des eaux. Des nouveaux ports, une certaine chance… mitigée par la parte d’une partie importante des plaines agricoles…Mérida

Hypothèse 200 m (3)

Lisboa

La plupart des grandes aires metropolitaines littorales disparaitraient sous l’eau, tout carrement (image superieure, Lisbonne). Pour certaines le nouveau rivage ne serait qu’un chapelet d’iles sans connexion, bien plus complexe que le rivage actuel, mais pour autres (image inferieure, le golfe Artabre entre La Corogne et Ferrol) le nouveau trait de côte serait presque un peu plus simple. Ce seraient souvent des paysages de sommet des collines actuelles, bien moins interesant.
LC

Hypothèse 200 m (2)

Neoiberia

A quoi resemblerait une Europe sous les eaux? C’est un continent plutot bas, et une partie importante de ce qui resterait serait fait de montagnes, donc il y aurait un probleme pour loger et pour nourrir une population de la taille de l’actuelle, car la plupart des plaines ceralieres seraient sous l’eau, sauf pour le centre de l’Espagne et certaines partie de l’actuelle Europe centrale. Il y aurait aussi, neanmoins, un autre facteur important: une montée telle des eaux aurait probablement des consequences catastrophiques pour l’environnement; si vous avez aimé Fukushima, et vous avez suivi avec atention les degats de la « soupe toxique » des produits chimiques menagers et industriels pendant l’episode de l’ouragan Katrina a la Nouvelle Orleans, une telle situation serait simplement l’enfer. Neo-DE

Une telle situation serait, en toute simplicité un bouleversement total du monde entier et de l’Europe en particulier. La vitesse avec laquelle un tel evennement se produirait donnerait la mesure de la capacité de reaction, quoique la situation pourait etre plus proche de celle du film « Le dernier rivage » (Stanley Kramer, 1959) que d’un happy ending sans victimes. Mais en tout cas, ce qui est interesant (comme pur exercise mental, tant qu’on suit Saramago sur son radeau de pierre…) est de voir a quel point certains paysages evolueraint. Neo-gaul

Hypothèse 200 m (1)

Eur-pre

Il y a quelque chose de narrative dans l’urbanisme; on a a raconter une histoire qui doit intereser l’audience au point de leur faire participer et s’impliquer pour des projets complexes et dificiles, mais dont le succes peut etre bon pour eux car ils resident la. Ça peu même devenir un genre literaire en soi même, ou simplement une façon de decouvrir avec un certain regard un territoire bien connu, regardant ce que l’on neglige d’habitude. Et ceci est important pour la planification a grande echelle.

A un moment donnée j’ai lu « Le radeau de piere », ecrit par le Nobel portugais José Saramago, un livre ou la peninsule iberique se detachait de l’Europe nettement par les frontieres politiques pour aller se promener dans l’Atlantique: les Pyrenées se voyaient coupés par la frontiere, et a un moment donné les andalous se rouent vers Malaga pour voir passer Gibraltar (il y avait déjà quelque chose de drôle a Gibraltar sur « Hector Servadac » de Jules Verne). J’ai donc decidé de penser a une coupure moins violente (enfin, ce n’est qu’une façon de parler). J’ai telechargé le modele SRTM pour la peninsule iberique et des données europeenes de la page de l’Agence Européene de l’Environnement. Si les oceans du monde montaient de 200 m (pour  la raison qui vous conviendra, mutations climatiques – dont les valeurs prevues de la montée des mers sont bien inferieures- ou toute autre) l’ensemble de la peninsule serait une ile… quoiqu’au profile bien different de celui de nos jours.Eur-compos

Cette hypothèse metrait, par coherence, une partie importante de l’Europe sous l’eau. Les Pays Bas et le Danmark seraient sous l’eau, la France se verait nettement reduite (bonjour Clermont-Ferrand capitale…), Milan, Paris, Londres ou Berlin ne seraient que des souvenirs, et la vallée de la Ruhr serait un grand lac… la Hongrie presque entiere serait une grande baie.Eur-postL’Espagne, la Suisse et l’Autriche seraient les pays qui sortiraient le mieux leur epingle du jeu, car ils auraient encore la plupart de leurs territoires. Qu’est ce qu’il y a sous les 200 m?