La ville de Mexico (1) Pas de yeux sur la rue dans le centre de la mega-ville?

Quelle est la plus grande ville du monde ? Difficile de savoir ; mettez cinq géographes de pays différents devant d’un même territoire et surement ils proposeraient cinq façons de faire un découpage selon leurs critères. Il est difficile de savoir si la plus grande ville du monde est Tokyo, ou Mexico, ou Delhi, car en premier lieu il faudrait définir avec précision ce que l’on entend comme une ville dans ces echelles (on a toujours droit a se poser des questions sur les critères ONU). Ce qui parait clair est que la plus grande ville (n’importe le sens précis du terme) du monde hispanophone est Mexico. Comme dans d’autres cas, encore une ville où je n’ai jamais mis les pieds (et donc, je remercie les commentaires, spécialement de mes lecteurs mexicains). De l’Espagne on voit le pays avec plusieurs sensations : curiosité envers un pays culturellement complexe, une certaine prévention envers une image de violence et inégalité, étonnement face aux dimensions des problèmes, et intérêt pour une société qui semble être en évolution. Pour cette balade, je vais utiliser un ensemble de fichiers d’ilots urbains de l’INEGI avec des données associées qui m’a mené a poser, de cette distance géographique et culturelle, quelques questions.

Mexico and its neighboring municipalities

Mexico et ses communes proches

La première image montre la plupart des ilots de ce que l’on pourrait décrire comme la ville (plus ou moins) continue. Le teint bleu correspond aux ilots de l’état de Mexico, le rouge à ceux du District Fédéral ; les gradations de couleur représentent le nombre d’habitants par ilot. L’échelle graphique donne une idée des magnitudes spatiales dont on parle, pour une métropole qui comptait en 2010, selon l’INEGI, avec quelques 20 millions d’habitants.

Centre-ville, populations totales par ilot

Centre-ville, populations totales par ilot

La deuxième image montre le centre symbolique de la ville ; les croix bleues ont une séparation de 500 m dans les deux directions. Ici sont la place du Zócalo (1), la Cathedrale (2), la Torre Lationaméricana (3), le Palais des Beaux-Arts (4) et le Paseo de la Reforma (5). Les gradations de rouge sont proportionnelles aux habitants par ilot, marqués sur chacun. C’est un peu surprenant de voir que cette zone, avec quelques 220 ilots il n’y a que quelques 68.000 habitants sur 4,5 km2, une densité (150 habitants par hectare) qui semble plutôt réduite pour un centre-ville ; la donnée semble se justifier par l’occupation par des activités tertiaires, mais pas a cause du vieillissement d’autres centres urbains (voir les images suivantes). L’impact a moyen terme des mesures récentes comme la conversion en rue piétonne de la rue Madero, positive en termes de mobilité et de sécurité, devrait être positif, mais reste à confirmer pour la démographie locale.

Donc, une question se pose, du genre Jane Jacobs: pas de yeux sur la rue dans le centre de la mega-ville?

Habitants de moins de 14 ans par ilot

Habitants de moins de 14 ans par ilot

Habitants de plus de 60 ans par ilot

Habitants de plus de 60 ans par ilot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s