Mois: juillet 2013

Biblio (50) Ilots de chaleur urbaine

present vitoria

Aujourd’hui, un sujet qui est simplement d’actualité, au moins la ou j’écris ces lignes : il y a plus d’une semaine que la plupart de l’Espagne, et bien sur Madrid, subit ce que l’on appelle des « nuits tropicales », c’est-à-dire, des nuits ou la température de l’air dépasse les 20º Celsius ; au delà de cette température concilier le sommeil devient très difficile. Mis apart que ceci n’aide certainement pas a la coexistence entre citoyens, dans les villes il y a un phénomène appelé ilot de chaleur urbaine : la température s’accroit par rapport a celle des champs car en ville il y a et plus de sources de chaleur et des matériaux de construction qui stockent le jour la chaleur du soleil pour la dégager le soir.

Donc, nous voila face a une situation dont les causes sont liées a l’urbanisme et l’architecture, dans la mesures ou celles-ci réglementent matériaux de construction, agencement des bâtiments et ses installations techniques intégrées.

Dans certains endroits comme la Californie ceci a été pris au sérieux, au point d’établir que certains bâtiments doivent avoir des toitures blanches pour réduire leur rétention de chaleur, une norme inscrite sur le titre 24- Standards énergétiques- du Code de Californie en 2005.  Cette mesure peut être appliquée a tout autre matériau visible, comme les murs ou les sols, ce qui accroit l’albedo (et qui était déjà connu des andalous,  des africains du nord et d’autres peuples…). La solution, pourtant, n’est pas si simple, et une seule mesure n’est pas suffisante ; je ne suis pas sur que réduire la rétention de chaleur soit nécessairement une bonne idée quand Mark Twain disait « je n’ai jamais passe un hiver si froid que cet été a San Francisco » (l’ile de chaleur doit être la pondérée avec la possibilité d’accroitre la charge de chauffage en hiver et autres problèmes d’une toiture plus froide), mais la construction d’une norme efficace n’est pas simple, surtout si l’on définit des règlements généraux pour une géographie de la taille et la diversité climatique de la Californie.

A coté des matériaux de construction est le problème des sources de chaleur : l’air conditionné, bon contre la chaleur a l’intérieur du bâtiment, émet de l’air chaud a l’atmosphère et accroit la consommation énergétique. Cette énergie, sauf source renouvelable, contribue a l’émission de gaz d’effet de serre, et ainsi accroit les augmentations de température produits par les mutations climatiques. L’ Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile de France a publié un ouvrage sur le phénomène des ilots de chaleur urbaine a Paris, qui compte parmi les sources de chaleur, a cote de la radiation infrarouge du soleil, la radiation des surfaces qu’il chauffe, la convection de cette chaleur et la conduction par les matériaux, tout comme les transports, l’industrie et la climatisation.

Comment aborder la question depuis l’urbanisme et l’aménagement du territoire ? il y a peu de temps nous avons travaillé sur la question pour le Gouvernement Basque, et les conclusions sont visibles sur cette adresse: http://www.ingurumena.ejgv.euskadi.net/r49-565/es/contenidos/informacion/cambio_climatico_2011/es_clima/indice.html.

San Pascual

Voici la zone de San Pascual, au nord de Manille. Ce qui semble (je n’ai pas visité les Philippines) le plus suprenant n’est pas l’etalement urbain, mais plutot le fait qu’il semble se produire sur l’eau. Sur une plaine cotiere ceci implique une plus grande posibilité de risque climatique (ou simplement, de problemes avec la marée), et veut aussi probablement dire que la zone est loin d’etre la plus chic de l’agglomeration… Il y a une beauté esthetique dans l’image, mais je ne suis pas sur que ceci implique un environnement vital en santé. Quelq’un connait la zone?

Trentemoult

tentemoult4

Trentemoult, un village de pecheurs traditionnel sur la Loire, juste en face de Nantes, peut tres bien rappeller que parfois les proportions et les chiffres ne vous raccontent qu’une partie de l’histoire. La densité d’occupation semble des plus hautes pour un si petit village, jusque au moment ou vous commencez a voir d’autres villages de pecheurs tradittionels.
Image sur Panoramio par Lordnicklas

tentemoult0

Jusque a date recente, les alentours de Nantes n’etaient qu’un ensemble d’iles fluviales. Trentemoult etait a l’extreme ouest d’une de ces iles, seulement accesible par bateau. Donc, le manque d’espace justifie la densification, pas par la hauteur mais par l’occupation de l’espace

tentemoult1

Avec des si petites parcelles et des rues si petites, parfois on atteint une proportion tres grande d’espace consacré a la voirie, même avec des ruelles.

tentemoult2

Les voitures ne peuvent pas emprunter la plupart de ces ruelles, et le plus souvent il n’y a pas de vues degagées; mais ce n’est pas pour autant un mauvais quartier. Il a un certain charme, et est inscrit dans la mythologie metropolitaine par le film de 1991 « La Reine Blanche ». Au moins la derniere fois que j’ai visité l’endroit, il semblait bien entretenu.

tentemoult3

Forme et chiffres (7) Irrégularité et projet

1906

1906

Aujourd'hui

Aujourd’hui

Noisy-1

Noisy- le- Grand, a quelques 13 km a l'est de Paris. Un projet urbain qui ouvre l'ilot et combine des typologies, dans le cadre d'un projet de centralité urbaine pour une commune de banlieue

Noisy- le- Grand, a quelques 13 km a l’est de Paris. Un projet urbain qui ouvre l’ilot et combine des typologies, dans le cadre d’un projet de centralité urbaine pour une commune de banlieue. Que des logements ou presque, mais a coté de la place du marché et pres de supermarchés et un grand centre commercial regional

Forme et chiffres (6) Régularité et densification

aerea-E

Les images de cet article correspondent a une ville espagnole ; mais je ne vais pas indiquer laquelle, car ça n’a aucune importance ; ça pourrait d’ailleurs être une ville de pas mal de pays, car les tissus évoluent avec le temps, comme si bien l’indique l’ouvrage en Biblio de cette semaine.

La grille d’extension conçue a un moment donné pour une hauteur et une typologie de bâtiment déterminées (en ce cas, logement individuel sur deux étages avec une cour sur chaque parcelle, ave des dimensions plutôt restreintes), est densifié de façon très importante par le passage au logement collectif, sur des parcelles plus grandes (tout le monde veut sa place de parking dans le bâtiment) et avec 3 fois la hauteur originale. Etant donné que l’ilot est étroit, on n’a jamais vu de cour centrale commune et on n’est pas du tout prés d’en voir une avec ces densités. La possibilité de logements traversant est plutôt réduite, et le produit immobilier est plutôt restreint en termes de qualité. Mais cette densité vous fait rentable l’existence de commerce en RDC, la possibilité de se rendre au boulot a pied, ou d’autres avantages de cette densité. Prenez en plus deux facteurs : la ville est un organisme avec une grande inertie, car les bâtiments peuvent facilement durer plus de 50 ans ou un siècle, et les règlements d’urbanisme peuvent changer plusieurs fois pendant cette période, donc il y a des fortes chances que vous ne verrez jamais tous les bâtiments d’un ilot a la même hauteur…

aerea-E-2

Donc nous voila face a un paysage urbain dont le plan est certes regulier, mais ou les murs mitoyens et les différences de hauteur peuvent devenir, non des situations temporelles mais en fait permanentes ; un dessinateur BD classique, Ibañez, dessinait normalement comme fond de scène des images avec ces changements de hauteur et ce skyline si fragmenté qui caractérise les villes espagnoles du dernier siècle. Mais ça n’arrive pas qu’en Espagne ; si vous êtes a Paris, certaines zones comme le sud du XVème montrent bien la coupure qui a signifié la première guerre mondiale, avec des ilots ou ces différences de hauteur et régulation sont bien visibles…

Aerea-E-3

Formes et chiffres (5) Ouvrir l’ilot

Ouvrir l’ilot a été une obsession de l’urbanisme moderne depuis 1900. Mais comment et a quel point?. Comme d’habitude, Rotterdam est un inmense zoologique plein de maillons manquants…

Ouverture par retrait d'un pan de mur mitoyen. La continuité de la rue est plus visible, ainsi que la forme globale de l'ilot

Ouverture par retrait d’un pan de mur mitoyen. La continuité de la rue est plus visible, ainsi que la forme globale de l’ilot

Ouverture par retrait d'un pan d'angle; tres vite l'ilot devient un ensemble de barres et  l'espace se dissout.

Ouverture par retrait d’un pan d’angle; tres vite l’ilot devient un ensemble de barres et l’espace se dissout.

Comme d’habitude, si le gif animé n’est pas correctement visible, essayez de l’ouvrir sur une fenetre independante

Biblio (49). Évolutivité des tissus urbains. L’impact de la trame urbaine et de la forme architecturale

Biblio 49-evolutivité tissus urbains

Cet ouvrage de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile de France aborde une question importante : comment évolueront à l’ avenir les tissus urbains conçus sous des paramètres déterminés. Il est connu que l’Ensanche de Barcelone de Cerdá que l’on voit aujourd’hui est bien plus dense et très différent de ce qui a été fixé en 1860, et quelque chose de semblable arrive dans toutes les villes. Les auteurs affirment qu’il est possible d’intégrer dans le projet urbain des flexibilités permettant une évolution future du tissu. Leur analyse se base sur trois facteurs :

–           Trame urbaine (voirie, taille et organisation des parcelles), structure foncière et espace public.

–           Forme architecturale, intégrant programmation, gabarits et formes architecturales avec des typologies adaptées a la programmation.

–           Les aspects juridiques découlant des normes diverses et des relations entre propriétés.

Une analyse de cas franciliens est en annexe.

Biblio 49-evolutivité tissus urbains-interior

El Escorial, 7 juilliet 2013

Le nord de la ville de Madrid vu depuis El Escorial

Le nord de la ville de Madrid vu depuis El Escorial

L’architecte catalan Oriol Bohigas a ecrit un article sous le titre « plus laid qu’El Escorial », ou il critique, a tort et a raison, l’esthetique tres dure du monument qui, en fin de comptes, est plutot sec; c’est une recherche de la perfection assez cerebrale, qui d’une certaine façon n’est que ceci, une recherche. El Escorial est aujourd’hui devenu une ville assez touristique, mais le palais reste assez dur, beaucoup plus que d’autres palais europeens. Il faut reconnaitre que sa genese comme monastere n’aide pas… Par beau jour, Madrid est visible au fond… tres au fond, en fait…

La rue principale de la ville

La rue principale de la ville

escl2 escl3