Biblio (39) Recensement des logements en Espagne 2011

Pourcentage de logements vacants en 2011 en Espagne, par province

Pourcentage de logements vacants en 2011 en Espagne, par province

Le 19 avril l’Instituto Nacional de Estadística a difusé des résultats sur les logements du recensement 2011 (les données démographiques ont été publiées préalablement, avec dans l’ensemble 46,815 millions d’habitants). Les chiffres principaux sont:

  • 25,208 millions delogements (augmentation de 4,26 millions pour la dernière décennie).
  • 18,083 millions de résidences principales (augmentation de 3,89 millions)
  • 3,681 millions de résidences secondaires (augmentation de 28.602 unités)
  • 3,443 millions de logements vacants (augmentation de 336.943 unités

La dynamique générale pour la dernière décennie a été :

  • +14,6% habitants
  • +27,5% résidences principales (egal au nombre de menages)
  • +20,3% ensemble des logements

L’Espagne est un pays grand, tant en termes géographiques comme en termes démographiques, et ces nombres résument des situations locales très différentes. Par régions, l’augmentation la plus importante du nombre total de logements s’est produit  a Murcia (un espace sous la demande touristique), avec +31,1%, et la moins importante au Pays Basque (la région avec le système le plus strict de planification regionale et contrôle de la croissance) avec +14,4%.

Que veulent dire ces nombres en relation avec d’autres contextes ?

D’après les données de l’INSEE, en France il y avait en 2012 (pour 65,6 millions d’habitants) un total de 33,192 millions de logements, desquels 27,680  millions de résidences principales, 3,153 mill. de secondaires,  et 2,359 mill. de vacants.

Les données de l’US Census Bureau montrent pour 2011 (pour 311 millions d’habitants) 132,419 millions de logements, desquels 114,907 mill. de résidences principales, 4,133 mill. de résidences secondaires, et 13,379 mill. vacants.

Comparant les données des trois pays, la dimension moyenne des ménages (habitants par résidence principale) est très similaire, avec 2,5 en Espagne, 2,4 en France et 2,7 aux Etats-Unis. La différence principale est dans le taux de vacance (unîtes vacantes sur l’ensemble du parc) : 13,7% en Espagne, 7% en France, 10,1% aux Etats- Unis (un marché grand, avec des valeurs plus hautes comme 14% pour l’agglomération de Phoenix). Le taux de résidences secondaires est aussi différent : 14,6% en Espagne, 9,5% en France, 3,1% aux Etats-Unis ; les effets du « reve nord-européen » d’une maison sous le soleil sont  importants.

Le recensement montre l’importance de l’histoire : la région avec le plus haut pourcentage de logements secondaires (Castilla y León) et le plus haut pourcentage de logements vacant (Galice) doivent en partie ces résultats a l’exode rural pendant la deuxième moitie du XXème siècle.

Si pendant la dernière décennie on a construit plus 700.000 logements vacants en 2011, il est aussi important de noter plus d’un million de logements vacants construits pendant les années de forte croissance entre 1961 et 1980 dans des conditions pires et avec plus de problèmes pour son retour au marché. Voici deux catégories de problèmes : le premier est un problème bancaire et d’économie en général, car souvent ces logements sont encore propriété du promoteur, et ont passé aux mains des banques par défaut de paiement, tandis que dans le deuxième la perte économique est très repartie, mais le problème urbain de dégradation est potentiellement plus grave.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s