Commerce urbain (6) Madrid – a

Madrid, as seen from Cerro del Tío Pío

Madrid, vu du Cerro del Tío Pío

La localisation en ville des activités commerciales ne peut être appréhendée que par les logiques de fonctionnement de ses habitants. Ceci fait de chaque ville un territoire spécial, même si certaines logiques sont communes.

Les habitants ont tendance a sortir de chez eux chaque jour pour des raisons diverses ; certains sortent seulement pour des achats, mais la plupart sortent pour d’autres raisons. Accordant une grande importance a leur temps, le plus souvent ils ne sont prêts a se déplacer avec un seul propos que quand le voyage représente pour eux une satisfaction ou une obligation (gagner de l’argent, satisfaction des engagements envers d’autre,…). Il est courant d‘utiliser un même voyage pour plusieurs propos.

Marchant par Calle de Alcalá

La Calle de Alcalá

Faire ses achats peut aller de la simple répétition quotidienne  a une activité formidable, et ceci ne dépend pas seulement du magasin, mais aussi de la marchandise. Pas seulement sa nature (viande, lecture, bidules…) mais aussi son prix, sa qualité, le fait d’être a la mode… Le problème pourrait ainsi être défini par :

–          Matières ou l’acheteur a un (certain degré de) contrôle

  • Quel produit acheter et quand
  • Ou acheter (+1)
  • Faire un deplacement specifique ou acheter en cours d’une sortie avec pluseiurs buts (+2)
  • Itineraires en ville pour tous propos (+3)
  • Quel temps consacrer a l’achat (+4)

–          Matières ou l’acheteur n’a pas le contrôle, mais qui influent sur ses décisions :

  • Qualités de l’espace de vente (+5)
  • Qualités du vendeur
  • Qualités du produit

En tant qu’urbaniste, dans cet article je veux parler des matières marquées avec un (+)

(+1) C’est la question centrale, mais elle dépend du reste

(+2) Normalement en relation avec le genre de bien ; pour ce qui est spécial et émotionnel, c’est plus facile de faire un voyage exclusive,  acheter sa baguette est possible en rentrant après le boulot.

(+3) Les parcours quotidiens sont une fenêtre sur beaucoup des choses offertes par la ville.

(+4) On tend a passer plus longtemps (et ainsi on peut aller plus loin) pour acheter quelque chose de bien

(+5) Une boutique attractive attire (réitération, mais o combiens vrai…)

Et comment voir tout ça dans une ville réelle comme Madrid ?

Madrid est une ville européenne avec un centre urbain qui a vu des grandes quantités d’argent consacrées pendant le dernier siècle a faciliter l’accès en transport en commun et en voiture. Chaque jour entrent en ville ou se déplacent en elle des milliers de personnes pour travailler, étudier, payer ses impôts, amener son chien au vétérinaire, rencontrer ses amours, se manifester contre le gouvernement…. Tous voient des panneaux de pub dans le metro ou dans la rue, et plusieurs magasins de diverses conditions, par n’importe quel parcours.

Il faut savoir :

Ou habitent les gens

Ou ils travaillent

Comment ils se deplacent

Ou sont les magasins, pas seulement dans l’ensemble, mais par typologies

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s