Commerce urbain (5) Grands magasins

Les premiers grands magasins auraient ouvert leurs portes au debut du XIXeme siecle, d’une façon plus ou moins simultanée en France et en Grande Bretagne, avec l’intention de servir une elite urbaine grandisante en nombre et pouvoir d’achat avec la révolution industrielle. Ce contexte est bien decrit dans « Au bonheur des dames », roman d’Emile Zola, une vision de la vie interieure d’un grand magasin pionnier. Souvent ces premiers grands magasins ont commencé leur vie sur des petits batiments et se sont etendus d’une façon organique, colonisant des ilots entiers et même des groupes d’ilots, ce qui peut etre perçu aujourd’hui quand on trouve des changements de niveau bizarres en parcourant les magasins.

Printemps-2

Le Printemps, Paris

En termes d’impact urbain, le gran magasin implique une puissante concentration des fonctions commerciales sur une petite emprise, localisée dans les zones les plus centrales (d’ailleurs, ils contribuent a la configuration des centralités… ou a leur decadence quand ils partent), et sont generalement integrés dans les parcours pietons et de transports en commun. Même si aux Etats-Unis il est courant de trouver des tels etablissements sur des centres commerciaux regionaux en peripherie, en Europe (en partie a cause d’une certaine dificulte pour l’expansion de ce format sur des nouvelles zones, au moins en certains pays) ils sont toujours un format tres lié au centre ville,, et au Japon leur lien avec les grandes gares est certain.

Lafayette- berlin

Galleries Lafayette, Berlin

Cet empilement de magasins sous un seul operateur avec une seule enseigne, d’une façon bien plus integrée que dans un centre commercial, est relevant, et implique que l’image vers la ville doit etre bien definie pour supporter le passage du temps. Les examples français assument ces conditions avec des grandes façades qui simulent des fenetres (qui ne sont pas toujours visibles depuis la salle de vente), mais El Corte Ingles, en Espagne, a marqué le pays avec des batiments sans fenetres aparentes sauf pour quelques elements. Même sur le recent batiment de Pamplona, par Martinez Lapeña- Torres, avec une composition interesante (quoique comparé par certains a un râppeur de formage), il n’ya que la cafeteria du dernier etage qui est visible (avec les vitrines du rez-de-chausée, bien sur…)

El Corte Inglés, Pamplona

El Corte Inglés, Pamplona

Dans plusieurs examples l’idée d’un espace representatif au centre du batiment est presente, mais ce n’est pas toujour le cas. Dômes, architectures en fer, une combinaison de tous ces elements… dans la longue durée, parfois ces espaces ont été fragmentés pour ne par trop attirer l’atention des visiteurs…

Printemps-1

Le Printemps, Paris

Lafayette berlin-1

Galleries Lafayette, Berlin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s