SDRIF 2012- Paris. Roissy

L’aeroport Roissy-Charles de Gaulle est l’un des principaux atouts economiques de l’agglomeration parisienne, et c’est l’un des territoires de projets du SDRIF 2012. Bien relié au centre et au nord metropolitains, il l’est moins bien a l’est et l’ouest. Les enjeux a l’echelle régionale consistent à trouver un equilibre entre développement economique et développement de l’habitat, reduir les desequilibres entre puissance economique et fragilité des populations, ainsi qu’a eviter le risque de debordement des infrastructures routieres.

L’amelioration de l’accesibilité s’organise autour du TGV pour les grandes liaisons et des ameliorations du RER, renforcé par le métro automatique « Grand Paris Express ». Le Plan d’Exposition au Bruit (PEB) impose des contraintes pour la localisation des usages. Le renfort de l’emploi, cherchant a aller au dela des fonctions logistiques et d’appui pour chercher une activité plus qualifiée, est un objectif majeur, avec un souci de diverstié d’activités.

Le maintien des grandes continuités agricoles et naturelles au nord de l’aeroport est un autre but majeur, tenant compte de la fragmentation des espaces par les voies de transport et les elements urbains.

Les propositions par secteur sont:

  • Le nord et l’est de la plateforme aéroportuaire est appelée une densification du territoire et un developpement des services publics autour des bourgs existants. Le Mesnile-Amelot devrait acueillir une gare du metro automatique Grand Paris Express, entrée au réseau metropolitain pour le nord de l’Île-de-France et la Picardie, et point de depart pour l’expansion urbaine du bourg.
  • L’ouest et le sud de la plateforme aéroportuaire comptent déja avec une bonne desserte en transports en commun qui sera renforcée, et avec la presence de grands equipements metropolitains comme le Parc des Expositions de Paris Nord- Villepinte et le Parc du Sausset. La vocation d’implantation des grands equipements seait a renforcer.
  • Le pôle du Bourget serait un pole de dinamisation autour des industries aeronautiques et de l’espace, ainsi que les hautes technologies.
  • Le triangle de Gonesse deviendrait un element strategique de par sa situation a mi chemin de Paris et de Roissy, et des besoins de développement economique et social du Val de France. L’urbanisation de 300 hectares maximum au sud est prevue, conditionnée a la desserte en transports en commun, limitée par un front urbain d’interet regional permetant de delimiter une superficie de 400 hectares de terres agricoles a preserver au nord du triangle avec l’objectif de maintenir leur integrité et d’y proscrire toute nouvelle coupure.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s